Author Archives: ltricot

  • -

(PROJET) GAEC DE LA GRAND VIE, LE CHANTIER DEMARRE

Cette unité de 210 kWé entre en phase chantier pour une mise en service en fin d’année.


  • -

(PROJET) GAEC DES MIRTANGES, LE CHANTIER DÉMARRE

Cette unité de 80 kWé entre en phase chantier pour un démarrage cet été.

 


  • -

EXONERATION DE LA TAXE TICGN POUR LE BIOMETHANE

Tags : 

Un décret publié le 29 mars au Journal officiel fixe les conditions de mise en œuvre de l’exonération de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) du biogaz ou biométhane lorsqu’il est mélangé au gaz naturel. Le texte exonère les quantités de gaz vert injectées dans le réseau sur la base des garanties d’origine.

Initialement, la réglementation exonérait de TICGN le biométhane uniquement lorsqu’il était mélangé à du gaz fossile. La loi de finances pour 2018 étend cette exonération au biométhane vendu en mélange. Le texte s’appuie sur les garanties d’origine et prévoit que celles utilisées par un fournisseur lors de la livraison du biométhane à un utilisateur final soient débitées du compte du fournisseur sur le registre national français de garanties d’origine.

 


  • -

CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL D’ETAT SUR LA METHANISATION

Tags : 

Le gouvernement a lancé différents groupes de travail sur les filières énergétiques renouvelables (éolien terrestre, photovoltaïque et méthanisation).

Installé le 1er février dernier, sous la présidence de Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, le groupe de travail a donc formulé une quinzaine de propositions différentes, issues de ses commissions (2018.03.26_DP_Conclusions_methanisation).

Elles portent sur :

  • le soutien public à apporter à la filière,
  • l’utilisation du biogaz dans le secteur des transports,
  • le raccordement aux réseaux des installations,
  • la simplification de la réglementation,
  • les solutions de financement
  • l’acceptation locale des projets.

Pour donner aux agriculteurs les moyens de compléter leurs revenus, un appel d’offres portant sur des projets avec injection dits « atypiques » sera lancé. Il portera spécifiquement sur des projets n’entrant pas dans le cahier des charges classiques et visera à accroître la production de biogaz sur des sites déjà existants, qu’il s’agisse d’extension, d’adaptation, de transformation d’une installation pour qu’elle puisse injecter sur le réseau ou encore de mutualisation d’un point d’injection entre plusieurs installations.

L’Etat s’engage à simplifier les règles de soutien tarifaire en mettant en place un complément de rémunération pour les installations de puissance intermédiaire (entre 500 et 1 000 kW), plutôt que de passer par des appels d’offres trop complexes pour cette taille de projet. La facilitation à l’accès aux offres de prêt est également prévue : le ministère a annoncé qu’il consacrera 100 M€ du Grand Plan d’Investissement à financer un fonds de garantie au bénéfice des projets agricoles. La filière fait aujourd’hui face à des difficultés d’obtention de prêts bancaires en raison d’une exigence d’un taux minimal de fonds propres et de garanties trop élevées.

Il est également prévu que le digestat sorte de son statut de déchet pour sécuriser l’approvisionnement des agriculteurs. Une norme adaptée sera élaborée pour ces matières fertilisantes, à la manière de celle existant pour les composts dans le code Rural. Concernant l’utilisation du biogaz, le gouvernement propose qu’elle soit rendue possible pour les engins agricoles et qu’un soutien financier soit mis en place pour les méthaniseurs alimentant des véhicules lourds (bus, camions), afin de souligner leur contribution à la décarbonation des transports. L’intérêt sera de développer un usage local direct au biométhane, là où les réseaux de gaz sont hors de portée.

Afin d’accroître la compétence des professionnels, des formations seront proposées à l’ensemble des acteurs, pilotées par le ministère de l’Agriculture. Ils seront sensibilisés au respect d’une charte de bonnes pratiques, notamment en termes de limitation des nuisances et d’instauration d’un dialogue local avec les riverains. Une démarche de qualité sera initiée s’appuyant sur des guides, labels, certifications et normes, à laquelle tous les membres de la chaîne de valeur (investisseurs, porteurs de projets, bureaux d’études, équipementiers, opérateurs) pourront souscrire. Un portail national de ressources renforcera la connaissance du public sur la méthanisation et son intérêt pour la collectivité en termes de réduction des impacts carbone, d’économie circulaire ou d’emploi.

Enfin, pour accélérer les procédures et faire baisser leur coût, l’Etat prévoit de réduire les délais d’instruction de moitié (de 12 à 6 mois) et d’augmenter le seuil applicable à la déclaration des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) : il passera de 60 tonnes/jour à 100 t/j. Un régime assoupli qui sera étendu à l’ensemble de l’activité de méthanisation, même en dehors de l’agriculture. A l’image des autres filières, un guichet unique sera créé pour recevoir tous les dossiers réglementaires relatifs aux méthaniseurs (agrément sanitaire, ICPE/IOTA), désigné par les préfets. Concernant la réglementation sur l’eau, les installations soumises à l’enregistrement ou la déclaration ICPE n’auront plus besoin de présenter d’étude d’impact ni d’enquête publique. Pour élargir le gisement potentiel des plus grands sites, les mélanges d’intrants deviendront possibles, qu’il s’agisse de déchets agroalimentaires, de boues de station d’épuration (fortement méthanogènes) ou d’autres biodéchets, moyennant une traçabilité accrue et des règles d’épandage plus strictes pour le digestat. Le groupe de travail propose la création d’un « droit à l’injection » dans les réseaux de gaz naturel, afin que les gestionnaires effectuent les investissements nécessaires au raccordement si l’installation se situe à proximité d’un réseau existant.

A l’occasion de la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, il est prévu que de nouveaux objectifs de production de biogaz soient fixés pour le moyen (2023) et le long terme (2030).

 


  • -

FORMATION « MENER A BIEN UN PROJET DE MÉTHANISATION AUX ANTILLES »

Cette formation de quatre jours s’adresse à toute structure désireuse de valoriser ses déchets et effluents et qui souhaite produire une énergie locale et renouvelable. Elle se déroulera à Fort de France du 16 au 19 avril 2018.

Animée par la société ELANOR Consulting et René MOLETTA, cette session sera l’occasion d’aborder le montage de projet sous tous ses angles, de l’aspect filière à l’exploitation d’un site, tout en prenant en compte les étapes fondamentales de conception, l’économie de projet, les acteurs clés et les contrats.

Des visites d’unités de méthanisation de Martinique, en présence de techniciens, permettra de boucler le tour d’horizon d’une formation qui se veut opérationnelle.

Le programme est disponible via le lien suivant:

https://formations.ademe.fr/solutions/stage.php?folid=26&stageid=4803

LA SESSION EST COMPLÈTE.

 


  • -

44 UNITES BIOGAZ INJECTENT DU BIOMETHANE SUR LES RESEAUX GAZ FRANCAIS

En 2017, 18 nouvelles installations ont injecté du biométhane dans les réseaux de gaz naturel, après production et épuration de biogaz, selon le tableau de bord du biométhane injecté dans les réseaux de gaz publié par le ministère de la Transition écologique. 

Les raccordements sont deux fois plus élevés qu’en 2016. Après un troisième trimestre moins dynamique, l’injection a accéléré sa progression au quatrième trimestre. Il ya donc 44 installations pour une capacité  de production de 696 GWh/an. e. Par ailleurs, une puissance de 7.958 GWh/an de 361 projets était en file d’attente au 31 décembre 2017.

Trois régions, Grand Est, Hauts-de-France et Ile-de-France, concentrent 50% des capacités installées au 31 décembre 2017 et plus de la moitié des injections sur l’année.


  • -

(PROJET) SAS HORIZON : LES TRAVAUX AVANCENT

Démarrés depuis cet été, les travaux de l’unité Horizon à Tournon en Savoie avancent conformément au prévisionnel.

Les fondations ont été achevées en septembre, les radiers en octobre et les bétons sont achevés.

Les tests d’étanchéité son terminés. Cette unité de 250 kWé sera mise en service au deuxième trimestre 2018.


  • -

ARRÊTÉ 30 novembre 2017, réfaction des coûts de raccordement au réseau gaz

Deux textes encadrant la réfaction des coûts de raccordement aux réseaux d’électricité et de gaz naturel (distribution) sont parus au Journal officiel du 3 décembre 2017. 

Il s’agit :

– de l’arrêté du 30 novembre 2017 relatif au niveau de prise en charge des coûts de raccordement à certains réseaux publics de distribution de gaz naturel des installations de production de biogaz, en application de l’article L. 452-1 du code de l’énergie. Il prévoit que les coûts de raccordement des installations de production de biogaz aux réseaux publics de distribution de gaz naturel sont pris en charge à 40 % par les gestionnaires du réseau de distribution. Cette disposition concerne les réseaux publics de distribution de gaz naturel dès lors que le distributeur alimente plus de 100 000 clients. 


– de l’arrêté du 30 novembre 2017 relatif à la prise en charge des coûts de raccordements aux réseaux publics d’électricité, en application de l’article L. 341-2 du code de l’énergie. Il prévoit une réfaction dégressive avec la puissance sur le coût de raccordement des ouvrages propres et une réfaction dégressive avec la puissance sur la quote-part liée aux renforcements (tels que définis à l’article D.342-22 du code de l’énergie), de 40 % à 0 %.

Ces arrêtés visent les contrats et conventions de raccordement signés postérieurement au 4 décembre 2017.

  • -

DIMINUTION DES COUTS DE RACCORDEMENT GAZ : BIOMETHANE

Tags : 

Afin de permettre un déploiement des énergies renouvelables plus équilibré sur le territoire, y compris dans les zones rurales éloignées des réseaux de distribution, les coûts de raccordement aux réseaux des installations de production d’électricité renouvelable ou de biogaz injecté dans le réseau de gaz seront considérablement réduits.

 Deux semaines après la présentation en conseil des ministres du projet de loi mettant fin à la recherche et à l’exploitation des hydrocarbures, cette mesure est une nouvelle illustration de la mise en œuvre du Plan climat. Celui-ci prévoit de laisser les énergies fossiles dans le sous sol tout en favorisant le déploiement massif des énergies renouvelables. Objectif : viser la neutralité carbone à horizon 2050.

 Les coûts de raccordement des installations de production de biogaz à la plupart des réseaux de distribution de gaz naturel seront pris en charge à hauteur de 40 %.

Jusqu’ici, les coûts de raccordement des installations de production de biogaz au réseau de gaz étaient entièrement à la charge des producteurs, ce qui pouvait rendre impossible des projets de production de biogaz en zone rurale lorsque la ressource méthanisable était trop loin du réseau de gaz.

Pour lutter contre cette difficulté, le ministère de la Transition écologique et solidaire prévoit une réduction des coûts de raccordement à la plupart des réseaux de distribution de gaz de 40 %, soit le taux maximum prévu par la loi. Le maintien d’un paiement par le producteur de 60 % du coût permet de maintenir une incitation à optimiser la localisation, lorsque c’est possible.

Source  : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/nicolas-hulot-reduit-couts-raccordement-des-energies-renouvelables


  • -

FORMATION ‘CONCEVOIR UNE UNITÉ DE MÉTHANISATION’ EN CORSE

Tags : 

L’ADEME et l’Office de l’Environnement de la Corse mettent en place une formation

« Concevoir un projet de méthanisation »

à Ajaccio, mi-octobre 2017.

 

Cette formation de deux jours s’adresse à toute structure désireuse de valoriser ses déchets et effluents et qui souhaite produire une énergie locale et renouvelable.

Animée par la société ELANOR Consulting, cette session sera l’occasion d’aborder le montage de projet sous tous ses angles, de l’aspect filière à l’exploitation d’un site, tout en prenant en compte les étapes fondamentales de conception, l’économie de projet, les acteurs clés et les contrats.

Une visite de l’unité de méthanisation d’Ajaccio, en présence du technicien de la CAPA, permettra de boucler le tour d’horizon d’une formation qui se veut opérationnelle.

Le programme est disponible via le lien suivant:

http://www.corse.ademe.fr/notre-offre/formations

Les modalités d’inscription seront précisées dans un prochain envoi. N’hésitez pas à nous contacter pour toute précision supplémentaire.

 


Recherche

Simple Calendar

mai 2018

lun mar mer jeu ven sam dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31