Category Archives: PROJET

  • -

[PROJET] ADEME : fin des travaux d’harmonisation des observatoires en méthanisation

L’ADEME, au niveau national, a entrepris une démarche d’harmonisation de l’observation des filières de méthanisation en France. Elle a choisi ELANOR Consulting et S3d ingénierie afin de l’accompagner dans cette démarche. Les travaux ont été restitués aux acteurs de la filière lors de plusieurs comités de suivi (COSUI).

Le premier COSUI a permis de présenter les politiques publiques concernées et de recueillir des avis sur les données réglementaires à prendre en compte pour l’observation du parc d’unités de méthanisation en France.

Le deuxième a permis de hiérarchiser les indicateurs par unité fonctionnelle et retenir les données fondamentales.

Le troisième d’entrer dans le détail des calculs des indicateurs clés observés dans les synthèses régionales et d’en distinguer les singularités.

Le quatrième, nous a permis d’échanger sur les interactions et les articulations possibles entre les acteurs pour l’observation.

Le dernier a permis le 10 mai d’entrer dans le détail des conditions de développement d’un outil et de restituer la totalité des travaux auprès d’une quarantaine d’acteurs clés de la méthanisation dont 8 observatoires régionaux.


  • -

[PROJET] 25 % de biométhane pour Lyon grâce à Chand’Energies (01)

Selon Gaz d’aujourd’hui, 25 % du volume du gaz consommé par les bâtiments publics municipaux de la capitale des Gaules est 100 % d’origine renouvelable. Du biométhane fourni par ekWateur et issu notamment de l’unité de méthanisation agricole Chand’énergies, située dans l’Ain. Selon le maire de Lyon, Grégory Doucet (EELV), l’objectif du contrat signé entre la ville de Lyon et le fournisseur alternatif ekWateur est de « limiter le recours aux énergies fossiles et gagner en sobriété ». Il ajoute que c’est également « une question de souveraineté locale et nationale », alors que 25 % du volume de gaz de la ville qu’il dirige est désormais d’origine renouvelable.

Source AFG

Source Bioénergie International : https://www.bioenergie-promotion.fr/92826/la-municipalite-ecologiste-de-lyon-chauffe-37-de-ses-batiments-au-biomethane/

Ce projet a été accompagné de 2107 à 2019 par ELANOR Consulting pour toutes les études de conception.


  • -

[COM] Un site accompagné par ELANOR de 2018 à 2019 passe de 80 à 125 Nm3/h en 1 an

Le site de méthanisation de Chand’Energies, où ELANOR Consulting a effectué l’étude de faisabilité et l’AMO, a été construit et mis en service par France Biogaz et Prodeval. Il est passé de 80 Nm3/h à 125 Nm3/h au bout d’un an de production. Cette évolution a été possible grâce à la qualité des procédés et la compétence des 2 maîtres d’ouvrage.

Sa vidéo de présentation a été faite par la société France Biogaz :

crédit : France Biogaz

Acteurs clés :

Etude de faisabilité : ELANOR Consulting

AMO Conception : ELANOR Consulting

Process méthanisation : France Biogaz

Process valorisation : Prodeval


  • -

[PROJET] ADEME : début des travaux d’harmonisation des observatoires en méthanisation avec ELANOR

L’ADEME au niveau national a entrepris une démarche de compréhension des systèmes de suivi et de monitoring des filières de méthanisation en France. Elle débouchera sur un rendu mi 2022 sur un processus d’harmonisation des dispositifs existants permettant d’obtenir une meilleure lisibilité et accessibilité des données caractérisant la filière.


  • -

[PROJET] Démarrage des travaux pour Biogaz de l’Orvin

Ce projet suivi en tant qu’AMO par ELANOR entre enfin dans sa phase de construction. Porté par un collectif d’agriculteur et ancré sur son territoire, ce projet injectera plus de plus de 400 Nm3/h de biométhane dans le réseau de GRTgaz.

Le terrassement est en cours, les travaux dureront prés d’un an pour une mise en service au 4eme trimestre 2022.


  • -

[PROJET] les travaux au GAEC des Cours avancent rapidement

Démarrés au printemps 21, les travaux se poursuivent pour la construction de l’unité de méthanisation agricole du GAEC des Cours dans l’Ain. La cuve de digestat brut est construite, la construction du premier digesteur progresse rapidement !

La mise en service est prévue pour le printemps prochain !


  • -

[PROJET] GAEC DES COURS : démarrage du chantier

Tous les feux sont au vert pour l’unité de méthanisation de Domsure dans l’Ain. Elle injectera 80 Nm3/h de biométhane dans le réseau de GrDF au printemps 2022.

Les travaux débuteront en mars après l’obtention des accords administratifs et des prêts bancaires. Une belle réalisation avec les partenaires Methalac et AROL energy pour le GAEC des Cours !

HRA en tant que maitre d’œuvre et ELANOR Consulting en tant qu’assistant à maitrise d’ouvrage accompagnent le GAEC depuis de nombreux mois.


  • -

[PROJET] CHAND’ENERGIES : mise en service

Article de Frederic Douard

La société Chand’Energies est portée par Ludovic Bornet et Jean-Michel Fontaine, deux agriculteurs de la commune de Vandeins dans le département de l’Ain, une commune qui possède par ailleurs une chaufferie automatique au bois depuis 2003 ! Depuis le 12 janvier 2021, cette unité de méthanisation injecte du gaz renouvelable via le réseau de gaz exploité par GRDF. Ce projet d’injection de biométhane est le deuxième du département. Il devrait produire plus de 9,6 GWh de gaz renouvelable par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 2 400 logements neufs chauffés au gaz ou de 38 autocars roulant au gaz.

Ce projet collectif permet de valoriser les déchets organiques de plusieurs exploitations agricoles en culture et en élevage, et qui permettra à terme de pérenniser un emploi local. Il a été accompagné par la coopérative agricole locale, par la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui a participé au financement et par le bureau d’études Elanor Consulting.

La construction de cinq kilomètres de conduites enterrées a permis de raccorder ce site de production au réseau de distribution de GRDF. Cela lui permet ainsi d’écouler le gaz vers six communes : Viriat, Bourg-en-Bresse, Saint-Denis-les-Bourg, Buellas, Saint-Rémy et Péronnas.

Ce gaz vert favorise le développement d’une agriculture plus durable et plus pérenne économiquement. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, c’est le seizième site d’injection de gaz renouvelable et GRDF est convaincu que le gaz vert a toute sa place dans la transition écologique. La Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte a d’ailleurs fixé un objectif de 10% de gaz renouvelable dans les réseaux français d’ici 2030, et au regard de la dynamique territoriale, GRDF estime qu’il est possible d’aller au-delà de ces 10%.

Frédéric Douard


  • -

[PROJET] TERRAGR’EAU, VALORISATION DES DIGESTATS

Tags : 

Article de Bernard Griffoul du 25/01/21

En Haute-Savoie, les éleveurs de la zone des eaux d’Evian confient leurs effluents à une unité de méthanisation. Ils ont créé une Sica pour gérer collectivement l’épandage des digestats.

Depuis quatre ans, 43 agriculteurs du Pays de Gavot (Haute-Savoie) confient leurs effluents d’élevage à l’unité de méthanisation Terragr’Eau portée par la communauté de communes et la société d’exploitation des eaux minérales d’Evian (Groupe Danone). Ils représentent 70 % des élevages de l’impluvium, la zone qui recueille les eaux de pluie à l’origine de la célèbre eau minérale. L’unité de méthanisation a été créée pour préserver cette ressource. Destinée à produire du biogaz en injection directe, elle appartient à la communauté de communes qui a délégué pour quinze ans son exploitation à la filiale du groupe lyonnais Serfim, spécialiste du recyclage des déchets.

Les agriculteurs, situés dans un rayon de 15 km, se sont engagés à fournir la totalité de leurs effluents à la SAS Terragr’Eau, exploitante du site, qui en assure la collecte. En revanche, ils ont souhaité conserver la maîtrise des digestats. À cet effet, ils ont créé une Sica pour gérer collectivement l’épandage et une Cuma pour acquérir du matériel en commun, qui portent le même nom : Terragr’Eau. L’unité de méthanisation traite 34 000 tonnes de matière par an dont 90 % d’effluents d’élevage. Le reste comprend des biodéchets non carnés issus des collectivités ou de grandes surfaces, des huiles alimentaires usagées, des déchets de tonte et des fonds de silos à céréales. Elle est équipée d’un séparateur de phases. Le digestat solide est composté avec du broyat de déchets verts issus des déchetteries. Elle produit 28 000 m3 de digestat liquide et 2 500 tonnes de compost. Les 43 exploitations totalisent une surface d’épandage de 1 400 hectares, essentiellement des prairies permanentes.

« En début d’hiver, je réalise pour chaque agriculteur un plan prévisionnel de fumure pour l’année à venir en fonction du prévisionnel de production de l’unité de méthanisation, explique Simon Bonnard, responsable agro-environnement de la Sica Terragr’Eau. En fin d’hiver et au printemps, quand le moment d’épandre est venu, je les rappelle pour confirmer. En été, c’est eux qui m’appellent pour faire les épandages après la première coupe. En règle générale, nous épandons 30 à 40 m3 de digestat par hectare et par an, en deux – le plus souvent – ou trois passages. »

Les quantités et les valeurs des effluents collectés étant connues, chaque agriculteur retrouve ses unités fertilisantes mais il n’est pas tenu de toutes les reprendre. Les surfaces d’épandage s’étagent entre 380 et 1 200 mètres d’altitude. Ce qui permet d’étaler le pic de travail de fin février jusqu’au 8 avril. Le compost est épandu à raison de 12 à 15 t/ha ou de 6 t/ha sur les parcelles recevant du digestat liquide la même année. L’objectif est de faire un apport tous les 3 à 4 ans.

La Cuma a fait l’acquisition d’un tracteur à guidage GPS et de quatre tonnes à lisier équipées de pendillards à patins (deux de 15 m3, une de 10 m3 et une de 6,5 m3). Ainsi, même les parcelles les plus difficiles peuvent être fertilisées. Pour le compost, elle possède deux épandeurs à hérissons verticaux. Elle emploie un chauffeur à l’année. Pour les pointes de travail, la Sica fait appel à des entreprises de travaux agricoles, qui interviennent avec leur propre matériel ou avec les tonneaux de la Cuma.

Les agriculteurs ne perçoivent aucun revenu du biogaz produit par l’unité de méthanisation. En contrepartie, le coût d’épandage du digestat ne leur revient qu’à 2 €/m3 car il est largement subventionné. Le coût réel est de l’ordre de 9 à 10 €. Mais l’Apieme (Association pour la protection de l’impluvium des eaux minérales d’Evian) verse 6 € et Danone 1 € supplémentaire.


  • -

[PROJET] Site internet Pilat Metha

Mise en ligne du site internet présentant le projet Pilat Métha porté par plusieurs exploitations agricoles autour de la Terrasse sur Dorlay (42), accompagné en AMO par ELANOR depuis 2017.

http://pilatmetha.renouvelables.info/


Thank you for your upload